ENTRE LA POIRE ET LE FROMAGE

L’an dernier l’anniversaire du petit dernier s’est transformé en assemblée générale et des plumes de la dinde ont volé ? Par chance votre beau-frère qui n’y connait rien, mais qui sait tout sur tout n’a pas donné son avis sur l’opportunité des derniers investissements.

Règle fondamentale : on ne confonds pas les rôles. Les préoccupations d’actionnaires s’expriment en assemblée, celles des administrateurs en conseil, celles de la famille au conseil de famille. En dehors c’est VERBOTEN ! Ou alors vous aimez prendre des risques.

ARGENT, MORT, DROIT A L’ERREUR : NE LAISSEZ PAS LES CADAVRES AU PLACARD

Même si c’est (parfois) tentant de remettre de l’huile sur le feu en critiquant les décisions prises à sa mort par votre vieille tante ou d’éviter de penser à votre propre fin, cela n’est pas constructif. D’une part parce que votre tante, elle a su faire des choix, et que d’autre part, vous mourrez vous aussi (moins bête certes, mais vous mourrez quand même).

Ces sujets, bien que douloureux pour tous, doivent être posés sur la table car ils sont toujours synonymes d’affect, d’argent, de survivance. Ils ne doivent donc ni être éludés, ni posés rapidement sur un coin de table. Les temps et lieux de discussion doivent être propices, réfléchis et anticipés. Pour les identifier, on fait appel si besoin à une aide extérieure (notaire, conseil en gouvernance etc.)

BE SWAG : verbe + adj. être dans le coup

Etre actionnaire ou administrateur ne se résume à la simple fonction. Assurez-vous de revoir régulièrement les bonnes pratiques de gouvernance, d’en apprendre un peu plus sur votre entreprise si vous êtes plus jeune ou éloigné, les enjeux de l’économie ou de comprendre a minima les chiffres que l’on vous présente. Comment ? en suivant quelques formations, en vous rendant aux évènements organisés par les réseaux d’entreprises familiales.

Il en va de votre responsabilité d’actionnaire et d’administrateur.

AND THE QUESTION IS….

Les nouvelles générations ont du talent, mais ignorent parfois l’engagement et le poids que représente une activité opérationnelle dans l’entreprise familiale.

Accompagnez-les en commençant par l’ouverture du dialogue sur le sujet. Respectez leur choix quelqu’il soit. On a le droit de faire sa vie en dehors de cette entreprise, d’avoir envie d’y revenir, puis d’en partir, d’hésiter, de rêver.

Une chose ne doit jamais être négociée, c’est la compétence sur le métier envisagé. Native ou à acquérir, elle doit être un cap à garder en tête.

CREEZ VOS REGLES DU JEU

Pas de règles, pas de jeu c’est un peu comme pas de pierres, pas de palais. Et pas de palais…

Pour l’entreprise familiale, la charte familiale est ce que la pierre est au palais. Prendre le temps d’écrire une charte familiale, c’est mettre de l’ordre sur le fonctionnement de la famille en lien avec l’entreprise. La charte permet d’harmoniser les comportements familiaux et de donner un cadre connu de tous. Pas de privilèges, place à la transparence, aux valeurs, à l’éthique.

LA CERISE SUR LE GATEAU

Qu’il s’agisse d’externes qui viennent en appui sur les pratiques de gouvernance, des administrateurs indépendants, un dirigeant opérationnel, cela permet de donner un regard extérieur et nouveau. Faire entrer un extérieur c’est avant tout permettre à la famille et à l’entreprise d’être challengées sur des sujets auxquelles elles ne sont pas nécessairement habituées.